Chantelunes

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher

V.O. : Moonsingers

Les Chantelunes sont des religieuses d'Essos, présentes chez les Jogos Nhai et à Braavos, où elles n'ont pas les mêmes attributions.

Chez les Jogos Nhai[modifier]

Les chantelunes sont originaires des Plaines des Jogos Nhai. Habituellement, les chantelunes sont des femmes, mais un garçon peut aussi être chantelune s'il s'habille et vit comme une femme. Une chantelune assume les rôles de prêtresse, de guérisseuse et de juge au sein d'une petite communauté proche par le sang. Chacune dirige son groupe pour à peu près tout, sauf la guerre, le combat et le pillage qui sont l'affaire d'un jhat. Ces pillages, souvent dirigés contre l'Empire Doré de Yi Ti, permettent aux chantelunes d'orner leurs bras et leurs cous de bijoux.

On peut trouver des chantelunes à Asshaï-lès-l'Ombre, où elles partagent leur savoir et se perfectionnent dans leur art[1]. Les chantelunes des Jogos Nhai pratiquent notamment des rituels censés faciliter l'accouchement et présentés comme des « berceuses de parturition »[2]. Malgré les échecs successifs d'une douzaine de jhattars au fil des siècles, les chantelunes perpétuent les chansons fêtant le jour glorieux où les Jogos Nhai franchiront la chaîne de montagne des Os et envahiront les terres fertiles de l'ouest[3].

Chez les Braaviens[modifier]

D'après les légendes racontant la fondation de la cité libre de Braavos, des chantelunes des Jogos Nhai étaient présentes parmi les esclaves utilisés comme rameurs par Valyria, qui se révoltèrent et s'emparèrent d'une flotte valyrienne. Ces chantelunes auraient alors guidé la flotte grâce à leurs prophéties, vers le nord-ouest d'Essos, jusqu'à la lagune où les esclaves en fuite fondèrent Braavos. Depuis lors, ce culte est particulièrement honoré dans la cité libre[4]. Leur temple est d'ailleurs le plus grand de Braavos. Elles seraient vouées au culte d'une divinité mystérieuse[N 1][5][6].

Les Chantelunes dans la saga[modifier]

Avant AGOT[modifier]

Durant sa formation à Asshaï-lès-l'Ombre, la maegi Mirri Maz Duur aurait appris les « berceuses de parturition » d'une chantelune des Jogos Nhai[2].

Notes et références[modifier]

Notes[modifier]

  1. Séparé du culte original au sein des nomades Jogos Nhai depuis près de mille ans, il semble probable que le culte sédentaire de Braavos soit désormais différent de celui qui est pratiqué chez les Jogos Nhai.

Références[modifier]