Antique Voie

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher

V.O. : the Old Way

L'Antique Voie constitue un ensemble de préceptes datant de l'Âge des Héros, liés à la religion du dieu Noyé et à la culture ancestrale des Fer-nés. Ils furent édictés et codifié par Galon Blancbourdon, prophète du dieu Noyé, dans le but d'assurer la paix au sein de l'archipel[1]. Ce mode de vie, résultant notamment de l'étroitesse des îles de Fer et de leur pauvreté, consiste à s'accaparer les ressources des autres nations par la force plutôt que de favoriser les relations commerciales. Ainsi, les Fer-nés ont longtemps privilégié les opérations de pillage sur les côtes continentales, enrichissant les îles de leur butin et disposant ainsi d'une main d'œuvre abondante pour le travail dans les mines de fer[2].

L'Antique Voie fut remise en cause à plusieurs reprises après l'arrivée des Andals par des rois comme Harmund le Beau de la maison Chenu, qui voulurent imposer une Nouvelle Voie (moins agressive à l'égard des peuples voisins), ce qui conduisit, régulièrement, à la révolte des prêtres du dieu Noyé[3].

Depuis la Conquête et surtout après l'échec de la rébellion des Greyjoy de l'an 289, le retour à l'Antique Voie est souvent mentionné par les Fer-nés comme une sorte de nostalgie d'une époque bénie d'avant la domination par le Trône de Fer et la soumission à Aegon I Targaryen[4].

Principes

Le baptême

Tout bon Fer-né se doit d'être baptisé par la mer, non simplement le front trempé dans un bassin d'eau de mer, mais totalement immergé. Les membres du clergé du dieu Noyé (prêtres et leurs acolytes, nommés noyés) sont noyés (en réalité immergés jusqu'à l'évanouissement) puis « ramenés à la vie » par un prêtre grâce à une série de massages cardiaques[5].

Le fer-prix

Tout bien acquis par un véritable Fer-né doit l'être qu'au fer-prix, c'est à dire pris par la force et par le fer de son arme et non acheté ou troqué[2]. Une exception notable résidait toutefois dans les cadeaux offerts aux capitaines lors des états généraux de la royauté. Lors de ces derniers, chaque prétendant offrait des présents à l'assemblée des Fer-nés, témoignant ainsi de la libéralité et de la prospérité de son règne à venir. L'acceptation de ces dons marquait tacitement le soutien des capitaines à tel ou tel prétendant[4]. Les plus farouches tenants de l'Antique Voie ont d'ailleurs des scrupules à payer en or les biens nécessaires à un périple en mer lors des escales[6].

Pratiques guerrières

Les Fer-nés sont censés combattre au corps-à-corps, avec haches et épées. L'utilisation de catapultes ou de machines de guerre, est à ce titre, exclue. La pratique du blocus ne fait pas non plus partie des usages guerriers fer-nés, affamer un adversaire ne procurant aucune gloire[7].

Sort des captifs : sacrifiés, serfs et femmes-sel

Lors de leurs expéditions de pillage, les Fer-nés ont de nombreuses occasions de faire des prisonniers. Les captifs mâles peuvent être sacrifiés par noyade au dieu Noyé (surtout si ce sont des guerriers valeureux), les autres seront asservis. En effet, bien que l'Antique Voie proscrive l'esclavage en tant que tel[6], le servage existe sous la forme des serfs[N 1] et des femmes-sel (par opposition aux épouses légitimes, les femmes-roc), comme sont appelées les captives. C'est du moins le sort des plus belles, ou de celles qui possèdent des connaissances utiles. Les autres captives sont violées, puis tuées[7].

Serfs et femmes-sel deviennent alors les serviteurs de celui qui les a capturés, et lui doivent obéissance. Le rôle des femmes-sel peut aller jusqu'à celui de concubine, alors que les serfs sont généralement employés dans les travaux agricoles ou dans les mines de fer. Cependant, contrairement à des esclaves, ils ne peuvent être vendus ou échangés comme des biens, ne pouvant s'acquérir qu'au fer-prix[6]. De plus, les enfants de ceux-ci deviennent des hommes libres et des Fer-nés à part entière[8]. Certaines maisons nobles des îles de Fer descendent de serfs, comme c'est le cas notamment pour la maison Humble. Un certain « Qarl le Serf » est également connu comme capitaine.

La Nouvelle Voie

La Nouvelle Voie est un ensemble de préceptes à l'attention des Fer-nés, édictés en opposition à l'Antique Voie pratiquée dans les Îles de Fer depuis son instauration par Galon Blancbourdon bien avant l'arrivée des Andals[1]. Ils ont force de loi, mais, contrairement à l'Antique Voie, n'ont pas été codifiés et ne sont donc pas immuables. Ces préceptes ont a plusieurs reprises, sous des formes différentes, été appliqués par certains rois du Sel et du Roc ou souverains des Îles de Fer. Ces préceptes sont contemporains de l'arrivée des Andals dans les îles, le mariage des rois Fer-nés avec des Andales ne serait pas étranger à l'adoption de certains de ces préceptes[3].

Les principaux préceptes qui furent appliqués, ou envisagé de l'être sont :

  • Établissement du pluralisme religieux : construction des premiers septuaires et prosélytisme de la religion des Sept.
  • Interdiction ou restriction des pillages.
  • Interdiction de la coutume des femmes-sel.
  • Interdiction de la servitude.

Ils furent mis en œuvre, notamment, par Harmund Chenu (le Beau), Vickon Greyjoy et dans une moindre mesure par d'autres. Ces réformes conduisirent régulièrement à des révoltes menées par les prêtres du dieu Noyé, avec le soutien des seigneurs et de la population nostalgique de la puissance Fer-née[3].

Voir aussi

Notes et références

Notes

  1. Thrall en version originale.

Références