Wild Cards

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher
Wild Cards
Jetboy par Michael Komarck © 2014, J'ai Lu

Jetboy par Michael Komarck © 2014, J'ai Lu
Informations
V.O. Wild cards
Type Anthologie
Genre uchronie, super-héros
Traduit par Pierre-Paul Durastanti et Henry-Luc Planchat
Éditions
Miniusa.png Bantam Books paperback - janvier 1987
Miniuk.png Titan Books paperback - juillet 1989
Miniusa.png ibooks ibook - 2001
Miniusa.png Brillance Audio audiobook - novembre 2011
Minifrance.png J'ai Lu grand format - août 2014
Saga
Aces High ►

Icone homonymie.pngPour les articles homonymes, voir cette page d'homonymie.


Wild Cards est le titre du premier volume de la saga du même nom paru en 1987 en version originale. Il a fait l'objet d'une nouvelle édition chez Tor Books en 2010, avec trois nouvelles supplémentaires et une postface, dans laquelle George R.R. Martin retrace les origines de la création de la saga. C'est sur cette nouvelle édition qu'est basée la version française, sortie en août 2014 aux éditions J'ai lu (collection Nouveaux millénaires) dans une traduction de Pierre-Paul Durastanti et Henry-Luc Planchat[1].

Liste des nouvelles

  • Prologue (Prologue) par George R.R. Martin, 1987 ;
  • Trente minutes sur Broadway ! (Thirty Minutes Over Broadway!) par Howard Waldrop, 1987 ;
  • Le Dormeur (The Sleeper) par Roger Zelazny, 1987 ;
  • Le Témoin (Witness) par Walter Jon Williams, 1986 ;
  • Rites de dégradation (Degradation Rites) par Melinda Snodgrass, 1987 ;
    • Premier Interlude (Interlude One) par George R. R. Martin, 1987 ;
  • Capitaine Cathode et l'As clandestin[N 1] (Captain Cathode and the Secret Ace) par Michael Cassutt, 2010 ;
  • Powers[N 1] (Powers) par David D. Levine, 2010 ;
  • Partir à point (Shell Game) par George R. R. Martin, 1987 ;
    • Deuxième Interlude (Interlude Two) par George R. R. Martin, 1987 ;
  • La Sombre Nuit de Fortunato (The Long, Dark Night of Fortunato) par Lewis Shiner, 1987 ;
  • Transfigurations (Transfigurations) par Victor Milán, 1987 ;
    • Troisième Interlude (Interlude Three) par George R. R. Martin, 1987 ;
  • Au tréfonds (Down Deep) par Edward Bryant et Leanne C. Harper, 1987 ;
    • Quatrième Interlude (Interlude Four) par George R. R. Martin, 1987 ;
  • Ficelles (String) par Stephen Leigh, 1987 ;
    • Cinquième Interlude (Interlude Five) par George R. R. Martin, 1987 ;
  • La Fille fantôme à Manhattan[N 1] (Ghost Girl Takes Manhattan) par Carrie Vaughn, 2010 ;
  • La Venue du chasseur (Comes a Hunter) par John J. Miller, 1987 ;
  • Épilogue : troisième génération (Epilogue: Third Generation) par Lewis Shiner, 1987 ;
  • Science du xénovirus : extraits de la documentation (Appendix: The Science of the Wild Card Virus) par Victor Milán, 1987 ;
  • Extraits des compte-rendus de la société américaine de métabiologie, (1987) ;
  • Postface (From Game to Book or, the Birth of a Shared World), par George R. R. Martin, 2010.

Résumé

Conception de l'ouvrage

Si toutes les nouvelles composant le premier volume de la saga Wild Cards se situent bien sûr dans le même cadre, elles sont relativement peu reliées les unes aux autres. En effet, ce tome d'ouverture répond à deux objectifs : présenter certains des principaux as qui seront des personnages récurrents de la saga, et couvrir l'espace temporel entre 1946 (année de l'arrivée sur Terre du Dr Tachyon, et de la dissémination du virus Wild Card sur New York) et la période d'écriture du livre, soit 1987. Dans la conception initiale de la saga, le virus contaminait New York en 1985, c'est-à-dire à la même époque que celle de la rédaction des livres. Mais Howard Waldrop, auteur de la première nouvelle et créateur du personnage de Jetboy, en fit un pilote de la Deuxième guerre mondiale, et le fit mourir le 15 septembre 1946, obligeant tous les autres auteurs à écrire des nouvelles se répartissent par ordre chronologique sur l'ensemble de ces quarante années.

Résumés des nouvelles

Le Prologue se présente comme un recueil de brefs extraits d'entretiens relatant l'arrivée sur la Terre du Dr Tachyon.

Trente minutes sur Broadway ! relate comment, le 15 septembre 1946, un as (un pilote d'élite, et non un super-héros) de la Deuxième Guerre mondiale, Robert Tomlin, dit Jetboy, tente d'empêcher un criminel de répandre le virus Wild Cards sur New York. Il échoue, mais devient une légende, et un monument est construit au bord de l'Hudson à l'endroit où les débris de son appareil furent retrouvés.

Le Dormeur introduit un personnage crucial de la saga, Croyd Crenson, contaminé alors qu'il a quatorze ans, et qui a la particularité de tomber régulièrement dans un sommeil comateux de plusieurs semaines, dont il se réveille doté à chaque fois d'une nouvelle mutation et d'une nouvelle apparence. Tantôt un joker, tantôt un as, il a recours au vol pour subvenir à ses besoins et à ceux de ses proches. Redoutant le sommeil, il utilise des amphétamines pour en repousser l'arrivée, ce qui ne fait rien pour améliorer son caractère instable.

Le Témoin est le récit à la première personne et rétrospectif de Jack Braun, dit Golden Boy, un as doté d'une force herculéenne, irradiant une lumière dorée, et qui ne vieillit pas. Il est recruté au sein du groupe des Exotiques pour la Démocratie (dits les Quatre As), avec d'autres as, et ils mènent ensemble plusieurs actions contre d'anciens nazis ou des dictateurs militaires. Mais, lorsque le maccarthysme se déchaîne, Jack, acculé, trahit ses amis et les dénonce. Devenu un paria, il se reconvertit dans les affaires, et devient très riche. Mais, pour tous, il reste l'As Judas.

Rites de dégradation aborde la même période du maccarthysme vu du point de vue du Dr Tachyon, qui vit une relation amoureuse avec Blythe Stanhope van Renssaeler, dite Brain-Trust, une as dotée de la capacité d'absorber l'esprit et les souvenirs d'autres personnes. Dr Tachyon l'aide à maintenir l'intégrité de sa propre personnalité et elle intègre les Quatre As. Mais, quand elle est interrogée par les séides de McCarthy, ses défenses cèdent et elle commence à livrer des noms, obligeant le Dr Tachyon à bloquer son esprit, ce qui la fait tomber dans la folie jusqu'à sa mort peu après. Contraint à l'exil en Europe, Dr Tachyon, torturé par le remord, sombre dans l'alcoolisme et la clochardisation.

Premier Interlude présente un extrait de l'article « As rouges, années noires » (1977), d'Elisabeth H. Crofton, toujours traitant du maccarthysme et de ses effets sur les as, contraints de dissimuler leurs pouvoirs pendant toute cette période.

Capitaine Cathode et l'As clandestin se déroule en 1956 et a pour personnage principal Karl von Kampen, as doté d'une vision lui permettant de voir à toutes les distances comme s'il était à côté (ses yeux deviennent alors rouges et brillants). Cachant son don, il est producteur d'une série télévisée à Hollywood, confronté aux retards récurrents de son acteur principal. Ce dernier se révèle être aussi un as, ayant besoin de vampiriser le psychisme de ses victimes pour pouvoir jouer son rôle.

Powers raconte l’histoire de Frank Majewski, un as ayant le pouvoir d’arrêter le temps, travaillant comme analyste à la CIA. En 1960, lors de la crise entre les USA et l'Union soviétique provoquée par l'incident de l'U-2, son patriotisme le pousse à dévoiler son pouvoir au président Eisenhower. Il devient alors agent du CSAR (le Comité du Sénat sur les as et leurs ressources), un organisme chargé d'utiliser secrètement des as pour la défense des USA. Il parvient à faire évader le pilote, Francis Gary Powers (qui se trouve être également un as), de sa prison soviétique grâce à son don, et devient l'agent Chronomètre.

Partir à point est la première apparition de l'un des plus importants protagonistes de la saga Wild Cards, la Grande et Puissante Tortue, ou Tod Tudbury.

Icone loupe.png Voir article détaillé : Partir à point.

Deuxième Interlude est constitué par un article du New York Times du 1er septembre 1966, « La clinique de Jokertown ouvrira le Jour de la Donne », et annonce l'ouverture par le Dr Tachyon de sa clinique, appelée « Clinique Blythe van Renssaeler », qui aura vocation à soigner les victime du virus Wild Card. Elle ouvre le 15 septembre 1966, vingtième anniversaire du début de la contamination, surnommé le « Jour de la Donne ».

La Sombre Nuit de Fortunato voit apparaître un autre puissant as, le souteneur Fortunato, dirigeant d'un réseau de prostituées de haut vol, entraînées comme des geishas. Grâce à son pouvoir d'as, Fortunato puise dans l'acte sexuel une puissance quasiment sans limites. Plusieurs de ses filles ayant été assassinées par un tueur en série, il parvient à le retrouver et à le tuer, mais recueille plusieurs indices qui laissent présager une conspiration de plus grande ampleur.

Transfigurations relate le parcours d'un jeune et brillant étudiant en chimie, Mark Meadows, emporté par le tourbillon hippie des années soixante en Californie. Il assiste avec son amour d'enfance, Kimberly, devenue la hippie Soleil, à un concert du groupe Destiny, dont le leader charismatique, Tom Douglas, surnommé le Roi Lézard, est un as[N 2] aux importants pouvoirs psychiques et physiques. Quelque jours après, Mark prend pour la première fois du LSD, le jour même de la fusillade de l'université d'État de Kent. La manifestation monstre qui s'ensuit voit le Roi Lézard terrassé par l'Ouvrier, un as conservateur. C'est alors qu'intervient Radical, un mystérieux as qui n'est autre que Mark Meadows, transformé par la drogue, qui assomme l'Ouvrier et sauve Tom Douglas.

Troisième Interlude reproduit un extrait d'article de Tom Wolfe, paru dans le numéro de juin 1971 de New York, et intitulé « Chic Wild Card ». Il décrit une soirée de gala donnée au restaurant huppé Aces High, tenu par l'as Hiram Worchester, et où tous les as ont table ouverte. C'est une soirée brillante et select, et les as en sont les stars. Leur statut de paria des années 50 est loin.

Au tréfonds a pour personnage principal Bagabond, une clocharde qui a le pouvoir de communiquer mentalement avec les animaux, et de contrôler leurs actions. Elle fait la connaissance de Rosemary Muldoon, alias Rosa-Maria Gambione, travailleuse sociale et fille d'un chef mafieux, et de Jack Robicheaux, dit l'Égout, ouvrier du métro qui se transforme en un gigantesque alligator blanc lorsqu'il est en colère.

Quatrième Interlude est un extrait de « Jokertown parano », de Hunter S. Thompson, paru dans le numéro du 23 août 1974 de Rolling Stone. C'est une plongée dans Jokertown, où gronde la colère des jokers contre les nats (comme ils appellent ceux qui ne sont pas atteints par le virus). Xavier Desmond, le président de la pacifique Ligue contre la diffamation des jokers (LCDJ), est débordé par les radicaux, les Jokers pour la Justice Sociale.

Ficelles présente un as redoutable, le Marionnettiste, capable de s'introduire dans l'esprit d'autrui et de manipuler les émotions de sa victime, tirant une intense jouissance des souffrances qu'il lui fait endurer, et des meurtres qu'il la pousse à commettre. De son vrai nom Gregg Hartmann, il embrasse la carrière politique et devient un sénateur démocrate influent, apparemment militant de la cause des jokers, mais, en réalité, se délectant de leurs souffrances. Ses manipulations touchent à leur maximum lors des violentes émeutes de juillet 1976, au cours de la convention démocrate, où le sénateur Hartmann figure parmi les candidats à l'investiture présidentielle. Pendant cinq jours, Jokertown est à feu et à sang, Hartmann jouant le rôle du négociateur tentant de trouver une issue pacifique, pendant que le Marionnettiste souffle sur les braises. Mais il est déstabilisé par la mort de la femme qu'il aime et perd le contrôle de la situation.

Cinquième Interlude se présente comme une collection de citations sur les as et les jokers, tirées de « Un regard rétrospectif sur trente-cinq années de Wild Cards » (Ace! Magazine, 15 septembre 1981).

La Fille fantôme à Manhattan est consacré à Jennifer Maloy, une jeune et jolie fille, qui, à l'occasion d'une folle nuit à Manhattan, découvre sa capacité à dématérialiser son corps, ce qui lui permet de traverser murs et plafonds, et de faire main basse sur le contenu des coffres-forts les plus perfectionnés.

La Venue du chasseur s'attache à Daniel Brennan, un vétéran du Vietnam, devenu un maître-archer zen (et le seul personnage principal totalement épargné par le virus Wild Card). Revenu aux États-Unis pour poursuivre sa vengeance contre l'ex-général sud-vietnamien Kien Phuc, il prend le nom de Franc-Tireur, un mystérieux archer tueur, qui laisse un as de pique sur le corps de ses victimes.

Épilogue : troisième génération présente brièvement Arnie, un jeune garçon passionné par les as et les dinosaures, né bien après l'apparition du virus Wild Cards, mais contaminé par contagion.

Science du xénovirus : extraits de la documentation regroupe plusieurs extraits d'ouvrage sur le xénovirus Wild Card.

Extraits des compte-rendus de la société américaine de métabiologie est une conférence sur les sources psychiques des mutations affectant les as.

Enfin, dans la Postface, George R.R. Martin retrace les origines de la saga, depuis les parties du jeu de rôle SuperWorld jusqu'à la parution du premier volume.

Couvertures

Version originale

© 1987, Bantam Books

Version française

Jetboy par Michael Komarck © 2014, J'ai Lu

Voir aussi

Les approfondissements de La Garde de Nuit

Icone star.png "Wild Cards, l’autre saga-fleuve de G.R.R. Martin qui décape les histoires de super-pouvoirsh", article de blog écrit par DroZo.

Notes et références

Notes

  1. 1,0, 1,1 et 1,2 Cette nouvelle est présente uniquement depuis la réédition de 2010 pour laquelle elle a été spécialement écrite. En version française, la première édition datant de 2014, la nouvelle est présente dans toutes les éditions.
  2. Destiny et Tom Douglas sont bien sûr inspirés des Doors et de Jim Morrison.

Références