Steffon Fossovoie

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher
Steffon Fossovoie
Identité
V.O. Steffon Fossoway
Statut
Rang chevalier
Blasons
Steffon faisait partie de la maison Fossovoie pomme-rouge

Ser Steffon Fossovoie était un chevalier de la maison Fossovoie sous le règne de Daeron II Targaryen. En l'an 209, il participa au grand tournoi de Cendregué, puis au jugement des Sept de Cendregué qui suivit. Il possédait un cheval nommé Courroux[1].

Ser Steffon est un chevalier musclé, agile et vif. Expérimenté, il est capable de repérer les points faibles de ses adversaires. Il peut se montrer orgueilleux, sournois et moqueur. C'est un homme ambitieux[1].

Dans Le Chevalier Errant[modifier]

En l'an 209, ser Steffon se rend au tournoi de Cendregué en compagnie d'une douzaine d'hommes d'arme et de son cousin Raymun Fossovoie. Ser Steffon lui a promis de l'adouber prochainement, mais il repousse l'échéance, rappelant constamment à Raymun qu'il n'est pas encore mûr. Avant le début du tournoi, il s'entraîne à l'épée avec son cousin, qu'il rosse sans peine et met en sang. Il le juge encore trop peu mature. Apercevant un chevalier errant colossal, répondant au nom de Duncan le Grand, ser Steffon lui propose de s'entraîner avec lui. Son cousin Raymun presse également le chevalier de corriger son orgueilleux cousin, mais il refuse en prétendant avoir des affaires à régler. Ser Steffon se détourne et remarque un autre adversaire d'entraînement potentiel, ser Grance[N 1][1].

Ser Steffon ne rentre pas en lice au premier jour du tournoi, mais il semble observer attentivement les champions. D'après son cousin Raymun, Steffon prévoit de défier ser Tybolt Lannister si les choses se maintiennent. Toutefois, si un des champions devait être blessé au cours d'un assaut, Steffon n'hésitera pas à réviser son choix, un adversaire blessé étant plus vulnérable[1].

Au soir du premier jour du tournoi, un incident éclate : ser Duncan prend la défense de saltimbanques, maltraités par le prince Aerion Targaryen qui s'est déjà illustré par sa cruauté pendant le tournoi. Raymun mobilise son cousin et les hommes d'armes de la maison pour faire cesser la rixe, qui a déjà été interrompue par l'écuyer de ser Duncan, l'Œuf[1].

Ayant frappé un prince, ser Duncan le Grand doit être jugé. Il réclame un duel judiciaire, seule chance pour lui d'être innocenté et de ne pas finir amputé d'une main et d'un pied, mais le prince Aerion exige qu'il s'agisse d'un jugement des Sept. Ser Duncan doit se trouver six autres chevaliers pour le défendre, sous peine d'être déclaré coupable par défaut. Ne connaissant personne d'autre à Cendregué, il se rend auprès des Fossovoie[1].

Steffon se moque de l'attitude de Raymun, qui s'inquiète du danger, en lui rappelant qu'il n'est pas concerné puisqu'il n'est pas chevalier. Il affirme à ser Duncan qu'il sera l'un de ses champions et qu'il lui trouvera d'autres champions encore parmi ses amis : lord Leo Tyrell, ser Lyonel Baratheon, lord Parsifal Caron, lord Damon et ser Tybolt Lannister, ser Otho Bracken et les Nerbosc ... Il ordonne à Raymun de lui préparer son cheval et son armure pour le lendemain, mais après son départ, son cousin se montre sceptique. Il ne croit pas que les personnes citées par Steffon se laisseront entraîner dans cette affaire. Il conseille donc de recruter d'autres défenseurs[1].

Le lendemain, alors que Duncan se désespère de n'avoir que six champions, Steffon arrive à la dernière minute, seul. Pendant qu'il se fait armer par Raymun, il annonce à ser Duncan qu'il l'a trahi et qu'il ne sera pas son champion, mais celui des accusateurs : Steffon s'est vu promettre une seigneurie s'il rejoignait leur parti. Cette forfaiture ulcère son cousin, Raymun, qui refuse de servir d'écuyer à un homme malhonnête, qui enfreint ses vœux de chevalier[1].

Au cours du jugement qui suit, ser Steffon est opposé à son cousin, qui a été fait chevalier précipitamment pour le remplacer. Tous deux finissent à pied, dans un combat à l'épée sous la tribune. Ser Raymun, transfiguré par la colère, espère avoir cassé quelques côtes à son cousin. Il adopte la pomme verte comme emblème, pour se démarquer de la pomme rouge de ser Steffon. La scission de la maison Fossovoie en deux branches date donc de cet événement[1].

Notes et références[modifier]

Notes[modifier]

  1. Si le nom de ser Grance n'est pas précisé dans la nouvelle Le Chevalier Errant, son adaptation en roman graphique présente un chevalier appelé Grance Morrigen. Il est possible qu'il s'agisse du même personnage.

Références[modifier]