Perwyn Frey

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher
Perwyn Frey
Identité
V.O. Perwyn Frey
Statut
Rang Chevalier
Famille
Père Walder Frey
Mère Bethany Rosby
Blasons
Ser Perwyn fait partie de la maison Frey

Ser Perwyn Frey est le quinzième fils de lord Walder Frey et le premier par sa sixième épouse, lady Bethany Rosby[1]. Il a trois frères : Benfrey, Willamen et Olyvar ainsi qu'une sœur, Roslin. C'est un ami de ser Edmure Tully[2].

Dans AGOT[modifier]

Ser Perwyn participe au tournoi de Port-Réal donné en l'honneur des douze ans du prince héritier Joffrey Baratheon[3]. Près de sept mois plus tard[4], il participe également au tournoi de la Main de Port-Réal[5].

Lors des pourparlers entre lady Catelyn Stark et lord Walder Frey, ser Perwyn reste en compagnie de Robb Stark comme gage de la bonne foi de la maison Frey[3]. Il fait ensuite partie des gardes du corps de Robb Stark lors de la bataille du Bois-aux-Murmures[6].

Dans ACOK[modifier]

Aux côtés de ser Wendel Manderly et de ser Lucas Nerbosc, ser Perwyn accompagne lady Catelyn Stark lors de son ambassade auprès du roi Renly Baratheon[7].

Dans ASOS[modifier]

Le jour même du retour de ser Edmure Tully à Vivesaigues après ses victoires contre lord Tywin Lannister aux gués de la Ruffurque, la nouvelle des noces du roi Robb Stark et de lady Jeyne Ouestrelin arrive à la forteresse. Indignés par cette rupture des alliances contractés avec lord Walder Frey, ser Perwyn Frey et Martyn Rivers repartent pour les Jumeaux, non sans piétiner au passage une bannière Stark[8]. Ser Perwyn est cependant éloigné par sa famille avant les Noces Pourpres à cause de sa proximité avec leurs anciens alliés du Nord[9], et de son amitié pour lord Edmure[2].

Dans AFFC[modifier]

Ser Perwyn Frey est présent au siège de Vivesaigues parmi les forces de la maison Frey menées par ser Ryman Frey, son fils Edwyn et Walder Rivers. Ser Perwyn est le seul membre de sa famille présent au siège qui trouve grâce aux yeux de ser Daven Lannister qui commande les forces conjointes des assiégeants, et les deux hommes se confient volontiers des commérages[10].

Notes et références[modifier]