Naerys Targaryen

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher
Naerys Targaryen
Image by Amok©

Identité
V.O. Naerys Targaryen
Apparence
Yeux violet profond
Poids menue
Statut
Rang princesse
reine
Titre reine des Sept Couronnes
Naissance 138
Famille
Père Viserys II Targaryen
Mère Larra Rogare
Époux Aegon IV Targaryen (153)
Enfants Daeron II Targaryen (153)
des jumeaux morts-nés (avant 170)
un fils mort-né (172)
Daenerys Targaryen (172)
Blasons
Naerys faisait partie de la maison Targaryen

Née en l'an 138[1], Naerys Targaryen était la fille du roi des Sept Couronnes Viserys II Targaryen et de son épouse Larra Rogare. Elle épousa son frère aîné, le roi Aegon IV Targaryen, mais les chansons et les contes prétendent qu'elle était amoureuse de son autre frère, le prince Aemon Chevalier-Dragon[N 1]. Elle eut plusieurs enfants morts-nés et deux enfants vivants : Daeron II et Daenerys[2].

C'était une petite femme douce et tendre à la santé fragile. Elle avait la peau très pâle, les traits fins, et ses grands yeux, d'un violet profond, étaient encadrés de cils pâles[1].

Biographie[modifier]

Au cours de son enfance, Naerys Targaryen s'attache à son frère Aemon, qui sait la faire rire. Bien qu'elle soit très pieuse, son père, le prince Viserys Targaryen, refuse qu'elle devienne septa. En l'an 153, alors qu'elle a quinze ans, son père la marie selon la coutume valyrienne à son frère le plus âgé, le prince Aegon, avec l'approbation de son oncle, le roi Aegon III Targaryen[1]. Les chanteurs racontent que Naerys et son frère Aemon ont pleuré au cours de la cérémonie[3], mais les chroniques racontent au contraire qu'Aemon et Aegon se seraient disputés pendant le banquet des noces et que Naerys aurait pleuré au cours de la cérémonie du coucher[1]. Au dernier jour de cette même année, elle met au monde un fils : Daeron. L'accouchement est si éprouvant que le Grand Mestre Alford affirme qu'une nouvelle grossesse pourrait lui être fatale. Elle aurait alors demandé à son frère-époux de ne plus l'obliger à honorer ses devoirs conjugaux[N 2]. Toutefois, comme celui-ci ne l'aime pas, il refuse froidement et continue à coucher avec elle sans plaisir, malgré les nombreuses maîtresses qu'il entretient. Elle est régulièrement offensée par son frère-époux[4], mais il n'ose s'en prendre physiquement à elle, peut-être par crainte de leur frère, le prince Aemon Chevalier-Dragon de la Garde Royale[5]. En l'an 161, la princesse Naerys fait une fausse couche, qui la laisse pratiquement morte. Peu après, son frère-époux est envoyé par leur cousin, le roi Baelor Ier Targaryen, comme émissaire à Braavos. D'après les chroniques, cette mission était un stratagème pour s'assurer qu'Aegon ne toucherait pas à Naerys durant sa période de convalescence[4]. Plus tard, avant l'an 170, la princesse Naerys met au monde des jumeaux, mais ceux-ci meurent peu de temps après. Le roi Baelor jeûne alors pendant un cycle de lune complet, et manque de se tuer[6].

En l'an 172, Aegon devient roi des Sept Couronnes sous le nom d'Aegon IV Targaryen et Naerys devient reine des Sept Couronnes. Quinze jours après la naissance d'Aegor Rivers, fils bâtard d'Aegon et de sa maîtresse officielle Barba Bracken, Naerys donne naissance à une fille, Daenerys et à un fils mort-né. Elle est laissée affaiblie par l'accouchement, et sa vie semble menacée. La Main du Roi lord Bracken évoque alors la possibilité de marier sa fille Barba au roi, mais Naerys se rétablit et le scandale fait tomber les Bracken en disgrâce. Daeron et Aemon Chevalier-Dragon obligent Aegon IV à les chasser de la cour. Aegon IV trouve rapidement une nouvelle maîtresse, Melissa Nerbosc. Plus douce et généreuse que la précédente, elle parvient à se faire apprécier de Naerys, de Daeron et d'Aemon Chevalier-Dragon[4].

Au cours des années qui suivent, le prince Daeron et son père Aegon IV se disputent à propos du projet royal d'invasion de Dorne de l'an 174, et le roi menace pour la première fois de déshériter son fils au profit d'un ses bâtards. Dans ce climat de tensions entre le roi et son héritier, le chevalier Morgil Piquemèche accuse la reine Naerys d'avoir été infidèle à son époux et d'avoir couché avec son frère Aemon Chevalier-Dragon[N 3], ce qui aurait fait de Daeron un bâtard et lui aurait fait perdre son statut d'héritier. Afin de prouver l'innocence de sa sœur, le prince Aemon affronte ser Morgil Piquemèche au cours d'un duel judiciaire. La mort de ser Morgil prouve l'innocence de la reine[4]. Cet épisode est l'objet de nombreuses chansons[7]. Cette rumeur d'une liaison entre la reine et le prince Aemon instille toutefois un doute durable sur la paternité de Daeron. Elle sera l'un des prétextes de la rébellion de Daemon Feunoyr[8].

Icone loupe.png Voir article détaillé : Rébellions Feunoyr.

Lors d'un tournoi, Naerys Targaryen est désignée reine d'amour et de beauté par le vainqueur, le mystérieux chevalier des Pleurs[9]. Elle meurt en couches quelques années plus tard, un an après son frère Aemon[N 4][4].

Notes et références[modifier]

Notes[modifier]

  1. Cette romance interdite est très connue et généralement admises dans les Sept Couronnes. Elle est l'objet de nombreuses chansons et de contes très appréciés (cf. A Game of Thrones, Chapitre 45, Sansa, A Game of Thrones, Chapitre 52, Sansa, A Clash of Kings, Chapitre 42, Tyrion, A Clash of Kings, Chapitre 61, Sansa, ).
  2. Peut-être pour devenir septa. (So Spake Martin , du 9 mars 2006 : (en) "Naerys Targaryen" sur westeros.org). Toutefois, si, avant son mariage, la princesse Naerys aurait pu devenir septa si son père l'avait permis, mestre Yandel ne confirme ni n'infirme cette volonté après le mariage.
  3. Aegon IV Targaryen a toujours nié être à l'origine de cette rumeur, cependant Vies de quatre Rois du Grand Mestre Kaeth démontre qu'il en fut bien l'instigateur (cf. Les origines de la saga, Aegon IV).
  4. Soit entre 179 et 184 : en effet, l'emprisonnement et la mise à mort de ser Terrence Tignac a lieu en l'an 178 et la mort d'Aemon quelques temps après en sauvant la vie du roi face aux frères de ser Terrence (cf. Les origines de la saga, Aegon IV).

Références[modifier]