Vervoyants

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher

V.O. : Greenseer

Les vervoyants sont une caste d'enfants de la forêt, apparemment dotés du don de vervue[1]. D'après les mestres, les vervoyants étaient les « sages[N 1] » et les meneurs des enfants de la forêt avant que les Premiers Hommes ne conquièrent Westeros[1][2].

Légendes & controverses[modifier]

Comme les vervoyants appartiennent à une époque ancienne de Westeros, ils sont parfois considérés comme des légendes par certains mestres. Les réalités historiques sont donc difficiles à démêler des éléments inventés par les chanteurs, les septons et chroniqueurs. On trouve nombres de légendes, qui les opposent à la Garde de Nuit[3], aux Stark[4], faisant d'eux des ennemis chimériques et étranges.

Mestre Yandel évoque dans son ouvrage que, selon les légendes, les vervoyants pouvaient voir au travers des yeux sculptés des barrals, tout en précisant qu'aucune preuve de cela n'existe. Il ne doute pas de leurs connaissances concernant des arts perdus et anciens mystères, comme le fait de communiquer avec les animaux, de voir des événements éloignés dans l'espace ou de pouvoir communiquer sur de grandes distances[N 2]. En revanche, il remet en cause d'autres de leurs pouvoirs supposés, comme celui de se changer en animaux ou de voir le passé et le futur[2]. Il doute également que les vervoyants soient bien à l'origine de la cassure du Bras de Dorne[5].

Le don des vervoyants[modifier]

Les vervoyants sont d'abord des change-peaux puissants, les meilleurs d'entre eux pouvant entrer à volonté dans l'esprit de n'importe quel animal[6].

Pour éveiller totalement ses dons latents, un apprenti vervoyant doit apparemment ingérer une pâte de germes de barral, afin d'acquérir la capacité de glisser son esprit dans celui des barrals, en passant par leurs racines, comme un change-peau se glisse dans un esprit animal. Le vervoyant accède alors à la vision de toutes les scènes dont le barral a été témoin, qu'elles soient passées, présentes ou futures mêlées (d'où les visages sculptés dans les troncs de ces arbres[1][7]). Cette aptitude leur permet d'accéder à la vérité cachée sous les apparences trompeuses du monde environnant[6]. Lorsqu'il voit des scènes du passé, le vervoyant ne peut les changer, bien qu'il puisse faire entendre quelques mots (que les personnes vivant la scène en question peuvent prendre pour le chuchotement du vent dans les feuilles, ou pour les murmures des anciens dieux). Au stade suivant, le vervoyant peut voir au-delà de ce que voient les arbres eux-mêmes[8].

Les yeux des enfants de la forêt étant habituellement dorés, on reconnaît un vervoyant à ses yeux rouge sang ou vert mousse. Les dons de vervue seraient en effet liés à l'ascendance, au « sang ». Certains humains peuvent également devenir vervoyants, mais ils sont rares et n'ont pas forcément la pigmentation de l'iris caractéristique qui définit les vervoyants des enfants de la forêt. Les vervoyants sont peu nombreux (un change-peau sur mille), et leur vie est brève. Toutefois, ils peuvent entrer petit à petit en symbiose avec un barral, si bien qu'ils n'ont plus besoin de manger ou boire. Ils peuvent ainsi prolonger leur existence bien au-delà du terme normal de leur vie, puis passer dans un état de semi-vie végétative pendant une très longue période, jusqu'à ce que leur esprit soit en totalité passé dans les arbres. Les anciens dieux seraient donc formés de l'ensemble formé par les consciences accumulées des vervoyants passés, entremêlées avec les « esprits » des arbres[8].

Histoire[modifier]

Lors de l'invasion de Westeros par les Premiers Hommes, les vervoyants auraient utilisé leur magie afin que les animaux (loups-garous, ours des neiges, aigles, lions, mammouths, serpents, etc.) se joignent à eux contre les hommes[5]. Ils auraient également changé des arbres en guerriers[9]. D'après les légendes, ils se seraient réunis (à Moat Cailin[5] ou dans l'Île-aux-Faces[10]), invoquant la magie et les anciens dieux par le chant, la prière et des sacrifices (soit des captifs humains, soit leurs propres enfants selon les légendes). Ils auraient ainsi réveillé les géants enfouis dans la terre et englouti les terres reliant Essos et Westeros. Le cataclysme aurait brisé le Bras de Dorne[10]. Ils espéraient ainsi freiner les invasions des Premiers Hommes[1][5]. Mais tous leurs efforts s'avèrent vains : ils ne peuvent endiguer l'avancée des Premiers Hommes. A l'issu de ces guerres meurtrières, les selvedanseurs et les vervoyants des enfants de la forêt auraient rencontré les chefs des Premiers Hommes dans le bois sacré de l'Île-aux-Faces sur l'Œildieu. Ils y conclurent un pacte afin de répartir les terres de Westeros, attribuant le littoral, les plaines, les prairies, les montagnes et les marais aux Premiers Hommes, les enfants ne gardant que les forêts[1].

D'après des chroniques trouvées à Fort-Nox, le roi Garou qui dominait la presqu'île de Merdragon se serait allié aux enfants de la forêt et aux vervoyants. Ils auraient fini par être écrasé par les Stark de Winterfell, le roi, ses fils et ses alliés étant exécutés, alors que ses filles devenaient des prises de guerre[4].

Certains mestres pensent que les vervoyants et les enfants auraient disparu de Westeros bien avant l'arrivée des Andals. C'est la thèse défendue par L'Histoire véritable. Toutefois, ils sont toujours présents dans certains contes, notamment ceux portant sur Erreg le Fratricide. Celui-ci aurait encerclé la colline de Noblecœur, où les enfants se seraient défendus en convoquant des corbeaux et loups. Les Andals les auraient tous exterminé et auraient abattu le bois sacré[11]. Observant les prédations commises par les Andals dans le Val, le Conflans et les terres de l'Orage, le roi du Bief Gwayne IV Jardinier envoya ses guerriers chercher les vervoyants et les enfants de la forêt, afin d'arrêter les envahisseurs, mais leurs recherches semblent avoir été infructueuses[12].

Les vervoyants dans la saga[modifier]

Dans ASOS[modifier]

Jojen Reed apprend à Bran Stark les caractéristiques des vervoyants et lui déclare qu'il a en lui des aptitudes bien supérieures aux siennes. L'ayant perçu dans un rêve vert comme un loup ailé, il est supposé pouvoir percevoir la vérité celée des choses très intensément et sur des distances considérables. Il enjoint donc son prince de rejoindre à tout prix la corneille à trois yeux dont Bran rêve régulièrement - leur temps étant compté - pour qu'elle lui transmette son savoir. Après quelques hésitations, Bran - qui souhaite voler pour échapper à son infirmité - y consent[6].

Dans ADWD[modifier]

Lorsque Bran et Meera demandent à Mains-froides qui est la corneille à trois yeux, celui-ci leur répond que la corneille est un ami, et le dernier des vervoyants[13]. Arrivés dans les grottes des enfants de la forêt, ils y rencontrent la corneille, que Feuille confirme être le dernier des vervoyants[14]. Bran commence alors son apprentissage de vervoyant auprès de lui[8].

Voir aussi : les approfondissements de La Garde de Nuit[modifier]

Icone star.png L’Histoire de la corneille à trois yeux, article de blog écrit par DroZo.

Notes et références[modifier]

Notes[modifier]

  1. Il est intéressant de noter que ce terme est également la signification que Mirri Maz Duur donne au terme maegi (cf. A Game of Thrones, Chapitre 73, Daenerys).
  2. Il précise d'ailleurs que les Valyriens savaient également le faire

Références[modifier]