Astapor

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher
Astapor
Informations
V.O. Astapor
Nature ville
Localisation
Mm astapor.jpg

Blasons
Emblème de la ville

Astapor (parfois désignée « la Cité Rouge » en référence à la couleur des briques dont elle est bâtie[1]) est une ville portuaire située sur la côte sud-est de la baie des Serfs. Elle fait partie du Pays de Ghis et elle est bordée au nord par le Ver[2]. Ses habitants sont les Astaporis.

Description[modifier]

Astapor est entièrement bâtie de briques rouges : ses rues en sont pavées, ses murailles croulantes en sont faites ainsi que ses arènes de combat et ses hautes pyramides à degrés, caractéristiques des cités ghiscaries. Une fine poussière rouge omniprésente s'élève donc des rues au moindre coup de vent, et la plupart des femmes d'Astapor sont voilées. On dit que « La brique et le sang bâtirent Astapor, et la brique et le sang sa population », pour signifier le parallèle entre la couleur des briques et celle du sang des esclaves qui les fabriquèrent[2].

Les pyramides qui la composent pour la plus grande part sont gigantesques, les plus hautes, situées le long du rivage, atteignant quatre cents pieds (environ cent vingt mètres). Leurs vastes terrasses sont plantées d'arbres, de treilles et de fleurs qui embaument alentour[2]. Au sommet se trouvent des salles de réception, éclairées par des verrières de couleur et rafraîchies par les brises parfumées des jardins en-deçà[3].

La ville est bordée au nord par le cours sinueux du Ver. Les murailles de la ville sont hautes, mais mal entretenues et s'écroulant par endroit. La porte de la Mer[3], donnant sur le port, est ornée de la harpie d'Astapor en céramique rouge usée par le temps[2]. De là, on peut remonter le cours du fleuve pour arriver à la plus vaste place de la ville, la « plaza du Châtiment », qui fait face à la porte principale. Là sont exposés les corps suppliciés des esclaves rebelles, afin que ce soit le premier spectacle que voient les nouveaux esclaves à leur arrivée[3].

Autour de sa grande place, la « plaza d'Orgueil », on trouve la pyramide, où ont coutume de se réunir les huit plus riches marchands, et les casernes des Immaculés[3]. Au milieu de la place se dresse une fontaine surmontée d'une statue de vingt pieds de haut (environ six mètres) représentant une autre harpie, de bronze celle-ci, avec un visage de femme aux cheveux dorés, aux yeux et aux dents acérées en ivoire, des ailes de chauve-souris à la place des bras, une queue de scorpion et des pattes d'aigle à la place des jambes, dans lesquelles elle tient une chaîne dotée de menottes. L'eau jaune sulfureuse de la fontaine jaillit de ses lourdes mamelles[2].

La nuit à Astapor est dédiée au plaisir (du moins pour les hommes libres et riches) : ses pyramides sont illuminées par des lanternes de soie colorée et des navires de plaisance sillonnent le Ver. On trouve à leur bord musique, festins (où sont servis des mets raffinés, comme des cervelles de chien en gelée, des ragoûts de poulpe rouge et de fœtus et du persiâcre) et autres loisirs. Les fosses de combat (comme celles de Jothiel ou de Douquor) rivalisent pour offrir les spectacles les plus originaux, dont des simulacres de combat permettant aux fils de la harpie de se faire admirer[2].

Économie et institutions[modifier]

Astapor est une cité prospère, mais bien moins peuplée qu'au temps de sa splendeur, et loin d'égaler Qarth, Pentos ou Lys. Elle est réputée pour le commerce des esclaves[4], plus particulièrement celui des Immaculés qui y sont formés[5]. Avec Meereen et Yunkaï, Astapor est l'un des pivots de ce commerce (notamment du fait de l'absence de richesses naturelles) : les khals dothrakis et les corsaires des îles du Basilic viennent y vendre leurs captifs, que le reste du monde vient y acheter[6].

L'ensemble du commerce des esclaves est aux mains d'une oligarchie d'une centaine de notables[3] qui se font appeler « Leurs Bontés »[2]. Ils sont en concurrence, sauf pour les Immaculés, pour lesquels les huit familles les plus riches ont fait alliance afin d'en garder le monopole[3]. La ville a pour coutume de prélever un dixième du prix lorsqu'un esclave est vendu à un nouveau propriétaire[7].

La cité est défendue par une milice, les fils de la harpie, composée de jeunes gens bien nés. Mais ce sont de piètres guerriers, qui auraient bien du mal à tenir les vieilles murailles branlantes contre les assauts des Dothrakis. La défense de la ville repose d'abord sur les Immaculés. Mais la cité ne risque guère d'attaques : elle est environnée de terres alliées ou pacifiques, sauf au nord, où se trouve la mer Dothrak. Mais les notables des cités de la baie des Serfs veillent à couvrir les khals de présents afin de les dissuader de les piller. En outre, les Dothrakis sont conscients qu'ils ont besoin de ces cités pour acheter les esclaves qu'eux-mêmes ont à vendre après leurs victoires (y compris sur leur propre peuple)[2].

Icone loupe.png Voir article détaillé : Immaculés.

Astapor dans la saga[modifier]

Dans ASOS[modifier]

Daenerys Targaryen débarque à Astapor dans le but de s'y constituer une armée d'Immaculés. Elle négocie avec le négrier Kraznys mo Nakloz afin d'obtenir l'intégralité, soit huit mille six cents Immaculés[2], mais n'a de quoi en payer que cinq cents. Elle tend alors un piège aux Astaporis, feignant d'échanger les esclaves contre Drogon. Une fois les Immaculés en sa possession, elle leur fait exécuter tous les esclavagistes de la ville afin de libérer les serfs[3].

Icone loupe.png Voir article détaillé : sac d'Astapor.

La ville prise, Daenerys en affranchit tous les esclaves, et institue pour la gouverner un conseil composé d'un guérisseur, d'un prêtre et d'un érudit. Mais une grande partie des anciens esclaves préfère quitter la ville et la suivre quand elle part pour Yunkaï[8]. Le pouvoir est alors pris de force par un ancien boucher, Cleon, qui se proclame roi de la ville et envoie un émissaire à la princesse Daenerys (qui vient alors de conquérir Meereen) afin de lui proposer alliance et mariage, ce qu'elle refuse[7].

Dans ADWD[modifier]

Le roi Cleon le Grand rétablit l'esclavage (les anciens maîtres devenant les nouveaux esclaves, et vice-versa) et tente de reconstituer une armée d'Immaculés. Alors que la disette commence à sévir dans Astapor, il envisage de marcher contre Yunkaï et propose de nouveau à la reine Daenerys de se joindre à lui, mais celle-ci lui déconseille ce projet[9]. Ayant passé outre, il est battu à la bataille des Cornes d'Hazzat et se réfugie dans sa cité[6] avec le reste de son armée. Il est tué par ses propres soldats lorsqu'il ordonne une sortie. Son assassin se fait couronner sous le nom de Cleon II, et se fait également tuer huit jours plus tard. Le meurtrier, un ancien barbier, surnommé le roi Coupe-Gorge, revendique la couronne, mais la concubine de Cléon II, dite la reine Putain, la lui dispute, entraînant de violents combats de rue, tandis que la ville, assiégée par les troupes de Yunkaï, est réduite à la famine[10]. Les Yunkaïis mettent la ville à sac et l'incendient. Ils consolident ensuite les portes afin de confiner les morts et les agonisants à l'intérieur de la ville. La prêtresse est empalée, des mourants peuplent les rues et des enfants affamés se disputent des charognes. Le roi Coupe-Gorge est donné aux chiens[1].

Icone loupe.png Voir article détaillé : siège d'Astapor.

Les fuyards survivants du siège, frappés par la caquesangue, sont pourchassés par les mercenaires aux ordres de Yunkaï, et sont repoussés vers Meereen[1]. La reine Daenerys tente d'abord de leur apporter du secours et des vivres, payant même de sa personne, mais elle ne parvient pas à enrayer l'épidémie, et doit se résoudre à leur fermer les portes de la ville[11].

Lors des négociations de paix ouvertes avec la reine Daenerys, les Yunkaïis exigent notamment la reconstruction d'Astapor et le retour de celle-ci au commerce des esclaves, ce à quoi la reine consent[11].

Personnages originaires d'Astapor[modifier]

Voir aussi[modifier]

Notes et références[modifier]