Aegon Targaryen (fils d'Aenys I)

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher
Aegon Targaryen
Identité
V.O. Aegon Targaryen
Aegon the Uncrowned
Surnom Aegon le Sans-Couronne
Dragon Vif-Argent
Statut
Rang prince héritier
prétendant au trône de Fer
Titres prince de Peyredragon (41 à 42)
prétendant au trône (42 à 43)
Naissance 26 (Peyredragon)
Décès 43 (près de l'Œildieu)
Famille
Père Aenys Ier Targaryen
Mère Alyssa Velaryon
Épouse Rhaena Targaryen (41)
Enfants Aerea Targaryen (42)
Rhaella Targaryen (42)
Blasons
Aegon faisait partie de la maison Targaryen

Icone homonymie.pngPour les articles homonymes, voir cette page d'homonymie.


Né en l'an 26, Aegon Targaryen était le deuxième enfant et le fils aîné du roi Aenys Ier Targaryen et de lady Alyssa Velaryon[1]. Il épousa sa sœur aînée, Rhaena Targaryen, avec qui il eut deux filles : Aerea et Rhaella. Héritier présumé du Trône de Fer, son père fit de lui le prince de Peyredragon le jour de son mariage. Toutefois, il fut spolié de ses droits de succession par son oncle Maegor Ier Targaryen, ce qui lui valut le surnom d'Aegon le Sans-Couronne. Il mourut en tentant de faire valoir ses prétentions au trône[2].

Il montait le dragon Vif-Argent, qui avait été celui de son père[3].

Histoire[modifier]

Le prince héritier[modifier]

Le prince Aegon naît en l'an 26 et reçoit son prénom en l'honneur de son grand-père, Aegon le Conquérant. C'est un beau jeune homme, dont les traits sont très semblables à ceux d'Aegon Ier. Il est unanimement considéré comme deuxième dans la ligne de succession au Trône de Fer après son père, Aenys.

en l'an 37, Aegon, âgé de onze ans, et son frère cadet Viserys se trouvent à Peyredragon : ils écoutent leur grand-père raconter sa Conquête des Sept Couronnes, mais soudain le roi décède d'une attaque foudroyante. Aenys lui succède et se rend à Villevieille avec toute sa famille, pour recevoir la bénédiction du Grand Septon. Ensemble, ils passent par Vivesaigues, Port-Lannis et Hautjardin, et partout où ils vont, le petit peuple se presse pour les applaudir.

En l'an 41, Aegon est marié à sa sœur aînée, la princesse Rhaena Targaryen[N 1]. Cette union est dénoncée par le Grand Septon, qui avait déjà été offensé par la maison Targaryen trois ans plus tôt, lorsque Maegor Targaryen avait conclu un mariage bigame avec Alys Herpivoie, alors qu'il était toujours marié à Ceryse Hightower. Le Grand Septon déclare que le mariage incestueux de Rhaena et Aegon est obscène et que tous les enfants qui en naîtront seront tenus pour des abominations. Les seigneurs et le peuple commencent dès lors à détester Aenys et ses enfants.

Le jour du mariage, les Fils du Guerrier se répandent dans les rues pour manifester leur mécontentement et repérer ceux des seigneurs qui assistent aux noces. La cérémonie est présidée par la Main du Roi, le septon Murmison. Au banquet, Aenys accorde à son fils le titre de prince de Peyredragon, jusque-là porté par Maegor alors en exil à Essos. La mère de ce dernier, la reine Visenya quitte la réception sans la permission du roi et retourne immédiatement à Peyredragon, furieuse.

Afin d'apaiser les tensions au sein du peuple, Aenys envoie les jeunes mariés sur les routes, à la rencontre du petit peuple, comme l'avait fait son père Aegon Ier Targaryen, ce qui lui avait valu admiration et adoration. Rhaena et son frère-époux découvrent qu'ils sont hués par la foule, où qu'ils aillent. Rapidement, la grogne contre la famille royale se change en une véritable insurrection, qui aboutit à la guerre de la Foi. Rhaena et son frère-époux abandonnent leur pérégrination et se réfugient à Crakehall. Lord Crakehall leur accorde l'hospitalité, en vertu des droits de l'hôte, mais des milliers de Pauvres Compagnons assiègent Crakehall en l'an 42. Aenys Ier Targaryen décède trois jours après l'avoir appris[2].

Le prétendant[modifier]

À la mort de son père en l'an 42, Aegon devrait lui succéder en tant que fils aîné, mais il est toujours assiégé à Crakehall. Son oncle Maegor, qui profite de la mort de son demi-frère Aenys pour rentrer d'exil, s'empare du Trône de Fer. Dans les jours qui suivent le jugement des Sept de Maegor, la reine Alyssa Velaryon proclame depuis Lamarck son fils Aegon roi des Sept Couronnes. Les Pauvres Compagnons lèvent le siège de Crakehall pour suivre ser Horys Hill qui marche sur Port-Réal à la rencontre de Maegor. Aegon et sa sœur-épouse en profitent pour quitter Crakehall et rejoindre Castral Roc. Lord Lyman Lannister leur offre sa protection et sa femme Jocasta Lannister s'aperçoit que la princesse est enceinte.

Après les victoires de Maegor contre la Foi Militante, le parti d'Aegon semble compromis. Maegor dispose de tous les attributs du pouvoir de son père, Aegon le Conquérant : le Trône de Fer, l'épée en acier valyrien Feunoyr, le dragon Balerion et la couronne de son père. Il est protégé par la Garde Royale et conseillé par un Grand Mestre. Par ailleurs, ses victoires militaires et celle obtenue lors du jugement des Sept de Port-Réal lui garantissent une légitimité, renforcée par ses alliances avec certaines maisons, comme les Hightower et les Herpivoie. Aegon a le droit successoral à lui opposer : en tant qu'aîné des fils d'Aenys, il est l'héritier légitime du trône. Mais les seigneurs des Sept Couronnes se méfient de lui, car ils craignent qu'il soit aussi faible que l'a été son père, Aenys, pendant son règne. Cette impression est sans doute renforcée par le fait qu'Aegon chevauche désormais Vif-Argent, le dragon de son père.

Lord Lyman Lannister lui fait savoir qu'il ne lèvera pas son ban pour lui. Cependant, il refuse d'obéir à Maegor, quand celui-ci réclame qu'Aegon et Rhaena soient chassés de Castral Roc. C'est dans la demeure des Lannister que sa sœur-épouse, Rhaena, accouche à la fin de l'an 42 de filles jumelles : Aerea Targaryen et Rhaella Targaryen. Le Grand Septon fait savoir qu'il tient ces enfants nées de l'inceste pour des abominations[2].

La bataille sous l'Œildieu[modifier]

Vers la fin de l'an 43, Aegon déclare ses prétentions au Trône de Fer et, monté sur son dragon Vif-Argent, il mène un ost de quinze mille hommes, composé essentiellement des troupes de lords mineurs des terres de l'Ouest et du Conflans. Aucun seigneur suzerain ne les a ralliés, mais des rumeurs prétendent qu'ils seraient disposés à le faire si Aegon démontre qu'il a les capacités de l'emporter[N 2]. Prudent, il laisse sa sœur-épouse et ses deux filles à Castral Roc.

Arrivé près de l'Œildieu, Aegon est informé que trois armées de moindre importance que la sienne se rapprochent. Lord Qarl Corbray lui conseille de diviser son propre ost pour affronter chacune de ces armées avant qu'elles puissent se réunir[4], mais Aegon hésite et finit par décider de poursuivre sa marche vers Port-Réal. Il tente de contourner le lac de l'Œildieu par le sud, où il se retrouve bloqué par l'armée menée par ser Davos Sombrelyn de la Garde Royale.

Aegon monte sur son dragon et ordonne une charge contre l'armée ennemie. Alors qu'il prend son essor, son oncle Maegor Ier Targaryen apparaît, monté sur Balerion. Un combat inégal s'engage entre les deux dragons au-dessus du lac : Vif-Argent a seulement le quart de la taille de Balerion, et ses flammes sont bien moins puissantes. La « Terreur Noire » finit par lui arracher une aile. Vif-Argent, hurlant et fumant, entraîne son dragonnier dans sa chute mortelle. La mort d'Aegon et de son dragon provoque la défaite de ses partisans et l'extinction de ses prétentions[2].

Icone loupe.png Voir article détaillé : Bataille sous l'Œildieu.

Postérité[modifier]

La mort d'Aegon n'a pas rendu Maegor plus légitime, et d'autre personnes pourraient faire valoir des prétentions mieux fondées que lui : le frère cadet d'Aegon, Viserys, pourrait désormais être considéré par certains comme l'héritier légitime du Trône de Fer. Aegon avait également eu deux filles, et l'aînée, Aerea, pourrait être considérée comme la reine des Sept Couronnes[N 3]. Toutefois, les prétentions d'Aerea ne sont pas évoquées : sa mère, Rhaena, sait que personne ne défendra les droits d'une petite fille âgée seulement d'un an ; elle préfère donc la cacher. Quant à Viserys, Maegor le détient en otage au Donjon Rouge, puis finit par l'exécuter sans avoir pu obtenir la reddition de sa mère Alyssa Velaryon. C'est finalement le dernier frère cadet d'Aegon, Jaehaerys Ier Targaryen, qui parvient plus tard à renverser Maegor.

Icone loupe.png Voir article détaillé : Avènement de Jaehaerys Ier Targaryen.

Toutefois, Maegor après avoir vaincu Aegon, est définitivement considéré comme le véritable roi des Sept Couronnes, alors qu'Aegon est tenu pour un rebelle et un usurpateur. Cette perception de la succession au Trône de Fer se maintient par la suite, même après que Maegor a été renversé par Jaehaerys Ier Targaryen. Ce dernier a peut-être compris au cours de son règne que reconnaître la légitimité d'Aegon aurait sans doute affermi les prétentions des descendants des enfants d'Aegon, au détriment de ses propres prétentions et de celles de ses descendants.

Notes et références[modifier]

Notes[modifier]

  1. Le roi Aenys Ier Targaryen invoque la tradition valyrienne des mariages incestueux, que pratiquent toujours les Targaryen pour justifier son choix d'unir Aegon et Rhaena. Selon la légende, ces mariages permettaient de garder le sang pur. Mais ce mariage a aussi un intérêt politique : Rhaena est la sœur aînée d'Aegon, elle pourrait faire valoir ses droits au Trône de Fer au titre de son rang de naissance, malgré les lois de succession qui favorisent son frère au titre de la primogéniture masculine. Le mariage avec Aegon permet de fusionner ses prétentions au trône à celles de Rhaena, et d'éviter un futur conflit entre eux, qui pourrait se transformer en un combat fratricide, d'autant que Rhaena chevauche un dragon, Songefeu, alors que Aegon n'est toujours pas dragonnier.
  2. Cette information semble confirmée par la présence importante de seigneurs, d'héritiers ou de bâtards issus de maisons nobles des différentes régions.
  3. À cette époque, il n'existe pas encore de tradition explicite excluant les femmes de la succession royale. Cette tradition n'apparaît qu'après le Grand Conseil de 101 (cf. Les origines de la saga, Jaehaerys I).

Références[modifier]