A Dance with Dragons, Chapitre provisoire, Davos 1

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher

Cet article concerne le premier chapitre provisoire du cinquième livre, A Dance with Dragons dont le personnage Point de Vue est Davos Mervault.

Il fut le tout premier chapitre à être dévoilé par GRRM en novembre 2005.

Rapport avec les chapitres parus[modifier]

La version définitive de ce chapitre forme désormais le chapitre 10.

Résumé[modifier]

Davos est emmené par un homme d'armes. Ils traversent un pont, puis un pont-levis et passent les portes du château de Brisants. En dessous de lui, il y a des douves remplies d’eau de mer verte. Ses mains sont liées et il est poussé dans la cour. A l’intérieur de la forteresse, le garde et Davos retirent leurs manteaux — Davos n’a pas oublié ses bonnes manières, et il a plu dehors.

Le seigneur se trouve dans la salle d'honneur, buvant de la bière et mangeant de la potée de la sœur. Le garde lui dit qu’ils ont trouvé Davos au «Ventre de la Baleine», un repaire de contrebandiers, alors qu’il essayait d’acheter son passage pour quitter l’île. Davos avait un ruban portant les sceaux au cerf couronné, au cœur flamboyant et à la main blanche. Davos pense qu’il suffirait d’un mot de la part du lord pour qu’il soit bientôt pendu aux gibets de Sortonne. Les vagues frappent les grandes arches du château et tourbillonnent autour du donjon. Davos pourrait finir là, enchaîné au sol humide, et se noierait quand la marée monterait. Il pense qu’il ne mourra pas en tant que contrebandier, car il est la Main du Roi, et que ce lord pourrait plutôt le vendre à la reine Cersei.

Le seigneur a les mains palmées entre les trois doigts du milieu. Davos a déjà entendu parler du fait que certains seigneurs des Trois Sœurs avaient les mains et les pieds palmés. Le seigneur demande à voir les mains de Davos pour être sûr qu’il est le Chevalier Oignon et la Main du Roi. Ce seigneur est lord Godric Borrell, sire de Dolcesœur. Étant donné qu’il a été retrouvé au «Ventre de la Baleine», Godric lui demande s’il est retourné à ses anciennes habitudes. Davos nie, disant qu’il cherchait un passage pour BlancportStannis l’avait envoyé là-bas pour remettre un message. Godric lui dit qu’il est au mauvais endroit, avec le mauvais seigneur, puisqu’il est à Sortonne, sur Dolcesœur.

Sortonne n’est pas une ville agréable – elle est vile, petite, malveillante et puante. Davos s’en rappelle depuis sa vie de contrebandier. Les rues n’étaient alors que boue et planches, les maisons des masures faites de plâtres et de clôtures, avec des toits de paille. Les Trois Sœurs sont un des repaires favoris des contrebandiers depuis des années.

Davos et lord Godric disent tous les deux qu’ils ont et ont eu des amis aux Sœurs. Godric dit qu’il a fait pendre ceux qui n’étaient pas des amis. Il demande à Davos ce qui l’a amené ici alors qu’il allait à Blancport. Davos pense «Un ordre du roi et la trahison d’un ami», mais il dit à Godric qu’il est là à cause des tempêtes.

Vingt-neuf bateaux ont fait voile depuis le Mur, et Davos serait étonné si la moitié étaient encore à flot. L'Oledo et Le Fils de la Vieille Mère se sont brisés sur Skagos, l’île des licornes et des cannibales. Le Saathos Saan s’est brisé sur les Falaises grises. Sladhor Saan fut rendu furieux par ces pertes (d’autres bateaux étaient perdus et la flotte lysienne était dispersée sur tout le détroit), et demanda à Davos où était l’or qu’on lui avait promis, lui disant qu’il serait connu comme le Mendiant ou l’Échoué. Il enrageait à propos de la parole du roi, et racontait à quel point ses hommes étaient fatigués d’avoir été patients. Il dit qu’il a été patient à Peyredragon et à Fort Levant, mais que cela suffisait.

À propos de tempêtes, lord Godric explique qu'elles sont sacrées aux Sœurs depuis bien avant que les Andals n'arrivent. La Dame des Vagues et le Seigneur des Cieux provoquaient des tempêtes quand ils étaient ensemble. Godric dit que le roi ne s’intéresse pas aux Sœurs car ce sont des îles pauvres et petites, mais les tempêtes y ont emmené Davos.

Davos pense plutôt qu’il y a été envoyé par un ami, au lieu de tempêtes. Godric dit au garde de laisser Davos, et qu’il n’est jamais venu ici. Davos dit à Godric que s’il l’envoyait à Blancport, Stannis verrait cela comme un acte d’amitié. Godric répond qu’il pourrait le faire, mais qu’il pourrait aussi bien l’envoyer dans un enfer froid et humide.

Les Trois Sœurs ne sont loyales qu’envers elles-mêmes. Elles sont théoriquement subordonnées aux Arryn, mais l’emprise des Eyrié sur elles est au mieux ténue. Godric dit à Davos que les Sunderland demanderaient à ce qu’il leur remette Davos s’ils savaient où il était, car il leur prête allégeance pour Dolcesœur, tout comme Lonhameau pour Longuesœur et Torrent pour Petitesœur. Tous sont bannerets de lord Triston Sunderland, sire des Trois Sœurs. Triston a sept fils ambitieux, qui veulent être chevaliers, ce qui lui coûte fort cher. Il penserait donc certainement vendre Davos à Cersei. Davos dit que Sunderland a prêté allégeance aux Eyrié, et que donc il devrait être délivré à lady Lysa Arryn, mais Godric lui apprend qu'elle a été assassinée par un barde, et lui demande où se trouvent les pirates, car les Torrent ont apperçu leurs bateaux depuis Petitesœur, de même que les Flint les ont vu depuis La Veuve. Davos répond qu’ils sont en mer et que Stannis les a envoyés contre les Lannister, mais c’est un mensonge: en vérité, Saan a abandonné le roi et devrait être aux Degrés de Pierre, avec le peu de bateaux qu’il lui reste.

Saan avait attendu de voir la Lanterne des Nuits avant de faire débarquer Davos en barque, leur amitié méritant au moins cela. Il aurait pu l'emmener avec lui, mais Davos avait refusé d’abandonner Stannis, qui a besoin du soutien de lord Wyman Manderly et fait confiance à Davos pour le rallier à lui.

Godric remarque qu’il n’avait jamais eu de Main du Roi sous son toit, et se demande si Stannis le rançonnerait. Davos se le demande aussi. Godric demande à Davos si Tyrion est à Châteaunoir avec Stannis. Davos lui répond que non, et apprend alors le meurtre de Tywin Lannister par Tyrion, et la disparition de ce dernier. La version de l’histoire par Godric est déformée:, Tyrion s’y baigne dans le sang, etc. Davos est choqué d’apprendre la mort de Tywin. Godric dit que sur les Sœurs ne toléraient pas un nain qui vive – ils les laissaient se faire dévorer par les corbeaux à la naissance, mais les septons les ont forcés à abandonner cette coutume. Davos se dit qu’avec la mort de Tywin, tout change, et il demande à envoyer un corbeau à Stannis. Godric rétorque que Stannis saura, mais pas par lui. Il ne veut pas avoir l’air d’être impliqué dans la trahison de Stannis d’une quelconque manière. Il mentionne que les Sunderland avaient entraîné les Sœurs dans la première rébellion Feunoyr, et que la maison Borrell en avait beaucoup souffert.

Godric invite Davos à s’asseoir et à prendre une bière et de la potée de la sœur (une soupe épaisse avec des palourdes servie dans du pain rassis, une spécialité des Sœurs). Godric mentionne que c’est sa fille Gella qui l’a faite, et demande à Davos s’il est marié. Il explique que la potée contient trois sortes de crabes, le crabe rouge, l’araignée et le crabe conquérant. Il dit qu’il ne mange jamais d’araignée de mer sauf dans la potée, car il ne veut pas passer pour un cannibale – il désigne sa bannière au-dessous du foyer, une araignée de mer blanche sur fond gris vert.

Godric parle du fait que Stannis pourrait faire brûler sa Main, Mélisandre ayant donné Alester Florent à son dieu pour conjurer le vent pour qu'il les porte vers le Nord. Ses cris d’agonie les auraient portés jusqu’à Fort-Levant, si ce qu’elle disait était vrai. La fille aînée de Godric ramène du pain (elle a également les mains palmées, la marque des Borrell depuis cinq cents ans). Manger confère à Davos les droits de l'hôte, et il sait être en sécurité au moins une nuit. Les seigneurs des Sœurs ont en effet mauvaise réputation, et aucun plus que Godric Borrell, sire de Dolcesœur, Bouclier de Sortonne, Maître du château de Brisants, et Gardien de la Lanterne des Nuits. Davos demande quelles sont les épices dans la potée (il reconnaît le goût du safran). Godric explique qu’il vient de Qarth et qu’il y a également du piment de Volantis. Il rit en racontant qu’il l’a eu sur un bateau qui s’était brisé sur les rochers à cause d’un coup de vent. Ses aïeux avaient été des rois pirates jusqu’à ce que les Stark les vainquent. Aujourd’hui, les hommes des Sœurs ne pratiquent pas ouvertement la piraterie, mais quelque chose de beaucoup plus sournois: ils utilisent leurs phares côtiers pour piéger des navires dans les récifs au lieu de les avertir, puis pillent les épaves.

Godric parle à Davos de Blancport, et dit que les tempêtes qui l’ont emmené ici avaient été une bonne chose. Il révèle que Davos arrive trop tard, lord Wyman ayant l’intention de ployer le genou devant le roi Tommen, non devant Stannis. Godric raconte les origines des Manderly, venus dans le Nord neuf cents ans auparavant, et qu’ils étaient auparavant de puissants seigneurs de la Mander, puis ont visé trop haut et se sont fait renverser. Les rois loups leur ont pris leur or et leur ont donné des terres, les laissant conserver leur religion. Le Lion est resté à Sortonne douze jours avant de prendre la mer, rempli de Frey qui allaient à Blancport. Davos se dit que les Frey ont tué le fils de lord Wyman. Godric répond que lord Wyman était si désespéré qu’il a juré de ne plus manger que du pain et ne boire que du vin, mais était en train de se détruire. Les Freys lui ramènent les restes de son fils. Godric a reçu Rhaegar Frey pour le dîner, et appris que son hôte avait perdu sa femme mais allait en trouver une autre à Blancport. Lord Walder et lord Wyman ont conclu un marché, qui serait scellé par un mariage.

Davos se sent mal à l’idée que Stannis pourrait perdre à cause de Blancport, seul port du Nord qui reste ouvert même durant le pire hiver. C’était la bouche du Nord, alors que Winterfell en est le cœur. Davos se dit qu’il devrait au moins essayer et demande à lord Godric de l’aider.

Lord Godric lui raconte alors l'histoire du «Viol des Trois Sœurs», l'attaque des Stark il y a deux cents ans. Sortonne n’a pas oublié, ce qui explique pourquoi Godric n’avait pas de bons sentiments envers les Nordiens, car ils étaient libres avant cela, mais après ils ont dû prêter allégeance aux Eyrié pour se débarrasser des gens du Nord. Le loup et le faucon se sont battus pour les Sœurs pendant un siècle, jusqu’à ce qu’ils dépouillent les îles de tout ce qu’elles avaient. Stannis agace aussi Godric, car il a ordonné une expédition contre son île alors qu’il était maître des navires du roi Robert Baratheon, et avait menacé Godric si jamais un de ses bateaux s’échouait à cause de la Lanterne des Nuits. Il demande pourquoi il aiderait Stannis. Davos passe mentalement en revue toutes les raisons possibles: c’est le vrai roi, il est juste, il peut défendre le royaume contre les périls du Nord, et il a une épée magique. Davos se demande ce qu’il pourrait proposer à Godric pour le rallier: or, mariage… mais répond seulement que Tywin est mort, pour faire douter son interlocuteur de la victoire finale des Lannister. Il se rend compte que Godric a des doutes et qu'il ne veut pas être du côté des perdants. Davos parle des réussites de Stannis: tenir Accalmie, prendre Peyredragon aux derniers Targaryen, vaincre la Flotte de Fer à Belle Île, et dit que Tommen ne peut pas être comparé à lui. Godric répond que Tommen a l’or de Castral Roc et de Hautjardin, et les Bolton, et les Frey, mais dit que dans le monde, seul l’hiver est certain, comme Eddard Stark l’avait dit à son père autrefois.

Godric explique alors à Davos que lors de la rébellion de Robert Baratheon, Goëville était d'abord restée loyale à Aerys II Targaryen. Lord Stark dut alors traverser la mer pour réunir ses bannerets, Aerys ayant réclamé sa tête. Aux Doigts, un pêcheur l’emmena à travers la Morsure, mais ils furent pris dans une tempête où le pêcheur se noya, et sa fille parvint à débarquer à Sortonne. On dit qu’ensuite, Eddard Stark l’a laissée avec de l’argent et un bâtard dans le ventre, qu'elle appela Jon Snow. Le père de Godric avait le choix entre envoyer Eddard à Aerys et gagner ainsi ses faveurs, ou le laisser partir: lord Jon Arryn avait alors pris Goëville, Robert ayant été le premier sur les remparts, où il tua Randyll Grafton. Le mestre des Borrell conseilla à son seigneur de livrer Eddard au roi, car Rhaegar allait écraser la rébellion, mais Godric pensait que Robert se battait comme un roi devrait le faire. C’est à ce moment qu'Eddard avait déclaré que la seule chose certaine était que l’hiver venait. Le père de Godric l’a laissé partir, lui disant que s’il perdait la guerre, il n’était jamais venu là. Davos réplique: «Pas plus que je n’ai été là».

Icone book.png
Icone book.png
Chapitres provisoires de ADWD