Succession de Jeyne Arryn

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher
Blason de la maison Arryn

En l'an 135, la succession de Jeyne Arryn durant la régence d'Aegon III crée des tensions dans le Val d'Arryn, qui débouchent sur une guerre entre les différents prétendants. Le roi des Sept Couronnes Aegon III Targaryen étant toujours mineur, ce sont ses régents et la Main du Roi Thaddeus Rowan qui tentent de régler le conflit, d'abord par la voie diplomatique, puis, après son échec, par l'envoi d'une armée. Ces événements et la faillite de la banque Rogare entraînent le siège secret de la Citadelle de Maegor[1].

Contexte[modifier]

Lady Jeyne Arryn règne sur le Val depuis la fin du règne de Jaehaerys Ier Targaryen[2]. Mais sa qualité de femme rend son autorité fragile. Par trois fois, d'autres membres de sa maison ont tenté de la déposséder, et elle a même dû emprisonner son cousin et héritier putatif, ser Arnold Arryn, dans les geôles célestes des Eyrié dès l'an 129[3].

Lady Jeyne Arryn meurt d'un refroidissement à la fin de l'an 134 dans le matristère de Maris près de Goëville. Prévoyante et déterminée, elle a pris des dispositions pour déshériter ser Arnold Arryn. Dans son testament, elle désigne nommément comme héritier ser Joffrey Arryn, un cousin plus éloigné, mais qui lui a toujours été loyal. Le fils de ser Arnold, ser Eldric, revendique la succession au nom de son père, soutenu par de nombreux nobles du Val, qui estiment qu'on ne peut écarter les lois ancestrales de l'héritage pour satisfaire les caprices d'une femme à l'agonie.

Isembard Arryn, patriarche de la maison Arryn de Goëville, revendique également cette succession. Son lien de parenté avec lady Jeyne est encore plus éloigné, mais il possède une grande fortune qui lui permet de corrompre des nobles et de louer les services de mercenaires orientaux[1].

Déroulement[modifier]

Le jugement de ser Corwyn Corbray[modifier]

Afin de résoudre le problème de la succession de lady Jeyne Arryn, la Main du Roi Thaddeus Rowan convoque les trois prétendants à Port-Réal, afin qu'ils présentent leur requête devant les régents d'Aegon III Targaryen. Toutefois, cela fait plusieurs années que la régence d'Aegon III dure et que l'image des régents est ternie, et leur autorité dans les Sept Couronnes est très faible. Les Arryn se permettent donc d'ignorer les édits de la Main.

En l'an 135, les combats dans le Val d'Arryn font rage. Lord Thaddeus Rowan décide d'envoyer un des régents, ser Corwyn Corbray, avec un millier d'hommes, afin qu'il tranche sur place et en personne la question de la succession, et qu'il rétablisse la paix du roi. Ser Corwyn décide de faire prévaloir le testament de lady Jeyne, faisant de ser Joffrey Arryn le seigneur du Val d'Arryn et le sire des Eyrié. Les autres prétendants refusent cette décision. En punition, ser Corwyn fait emprisonner Isembard Arryn et ses fils, et exécuter Eldric Arryn.

Alors que la succession de lady Jeyne Arryn aurait pu se régler ainsi, ser Arnold Arryn parvient enfin à s'enfuir des geôles célestes des Eyrié et à rejoindre Roches-aux-runes, où lord Gunthor Royce le recueille. Ser Corwyn poursuit ser Arnold jusqu'au fief de la maison Royce, où lord Gunthor se présente devant lui, paré de la célèbre armure de bronze familiale, prêt à l'affronter en duel. Le ton monte rapidement et ser Corwyn finit par dégainer son épée en acier valyrien, Dame Affliction. Un arbalétrier Royce lui décoche un carreau en pleine poitrine, qui le tue. Abattre un régent étant considéré comme un acte de trahison, la guerre ne tarde pas à reprendre à travers le Val.

Lord Quenton Corbray, neveu de ser Corwyn, se déclare pour ser Joffrey, en même temps que les Veneur, les Crayne et les Rougefort. Lord Gunthor Royce s'enferre dans son soutien à ser Arnold, rejoint par les Templeton, les Tallett, les Froideseaux, les Dutton, les seigneurs des Doigts et ceux des Trois Sœurs. La maison Grafton et Goëville soutiennent toujours les Arryn de Goëville, malgré leur détention.

Furieux, lord Thaddeus Rowan laisse une dernière chance aux rebelles de déposer les armes, mais comme aucune réponse ne lui revient, il met au point une campagne militaire pour mettre fin à cette rébellion[1].

La campagne militaire de la Couronne[modifier]

La Main du Roi Thaddeus Rowan décide d'attaquer sur deux fronts. Son héritier, ser Robert Rowan, conduira cinq mille hommes par voie terrestre sur la route Royale, puis à travers les montagnes de la Lune redevenues accessible avec le printemps. Pendant ce temps, lord Alyn Velaryon guidera sa flotte à travers le détroit jusqu'à Goëville, avec à son bord une seconde armée menée par le Lysien Moredo Rogare[N 1]. Par mesure de précaution, lord Alyn et lord Thaddeus envoie l'épouse d'Alyn, lady Baela Targaryen, auprès de sa sœur, Rhaena, veuve de ser Corwyn Corbray. Le but de cette manœuvre est de réconforter lady Rhaena et de s'assurer qu'elle ne montera pas son dragon, Point du Jour, pour venger la mort de son mari.

Sur le chemin du Val, l'ost de Robert Rowan est rejoint par des Mouton de Viergétang, des Darry de Darry et des Fengué de Fengué. Passé le Trident, six cents Frey et mille Nerbosc menés par lord Benjicot Nerbosc en personne, se joignent encore à eux. De cinq mille, l'ost passe à neuf mille. Toutefois, la grand-route à travers les montagnes de la Lune est toujours partiellement bloquée par les neiges de l'hiver et l'ost peine à se frayer un chemin à travers les cols. Le train de bagage est régulièrement attaqué par les clans des montagnes de la Lune. Ces raids nocturnes et le froid diminuent leurs effectifs. Une nuit, des hommes découvrent une caverne qu'ils inspectent et y découvrent le dragon Voleur-de-Moutons. Seize hommes périssent, soixante autres sont brûlés, avant que le dragon s'enfuit, avec sur son dos sa dragonnière Orties, si on en croit les chroniques. Peu après, ser Robert Rowan meurt lors d'un assaut d'hommes des clans, et lord Benjicot Nerbosc reprend le commandement. Le froid, la faim et les clans ont raison d'un tiers des troupes : arrivé à la Porte Sanglante, ils ne sont plus que six mille. Ils y trouvent vivres, chaleur et hospitalité, mais il paraît évident qu'ils ne sont plus en état de se battre et ne seront d'aucune utilité dans la guerre qui s'annonce.

Pendant ce temps, lord Alyn Velaryon parvient aisément à traverser et à vaincre les voiles-louées d'Isembard Arryn. Toutefois, arrivé à Goëville, l'armée royale perd des centaines d'hommes dans l'assaut des remparts et plus encore durant le combat à l'intérieur de la ville portuaire. La bataille devient de plus en plus confuse, lorsque l'interprète de Moredo Rogare est tué. Parlant à peine la langue commune, le Lysien ne parvient ni à comprendre, ni à se faire comprendre par ses troupes, ce qui entraîne un chaos indicible. Les troupes de la Couronne remportent malgré tout la victoire. Apprenant peu de temps après la nouvelle de la faillite de la banque Rogare et la chute de sa famille, Moredo Rogare cède son commandement à lord Alyn Velaryon et quitte Westeros pour retourner en Essos[1].

Pendant ce temps : le siège secret du Donjon Rouge[modifier]

La nomination d'un Lysien parlant à peine la langue commune à la tête d'une armée ouestrienne a fortement déplu à Port-Réal. Les ennemis de lord Thaddeus Rowan le perçoivent comme une preuve de sa trahison et accusent la Main d'être à la solde de lord Alyn Velaryon et des Rogare. Lorsqu'on apprend la faillite de la banque Rogare, de nombreux Ouestriens sont ruinés et se retournent contre les Rogare de Port-Réal, qui sont arrêtés. Lord Thaddeus Rowan est également arrêté pour trahison. Toutefois, lorsque la Garde Royale prétend arrêter Larra Rogare, épouse du prince Viserys Targaryen, elle se heurte à la résistance de son jeune époux et de son beau-frère, le roi Aegon III Targaryen. Refusant de se soumettre et d'abandonner Larra à un destin incertain, les Targaryen se réfugient dans la Citadelle de Maegor, où ils subissent pendant dix-huit jours un siège, dirigé par la nouvelle Main du Roi Marston Waters et une partie des officiers de la Couronne.

Icone loupe.png Voir article détaillé : siège secret.

Lord Thaddeus Rowan est finalement innocenté, mais il n'est plus en mesure d'assumer ses fonctions de Main du Roi et de régent. Les personnes impliquées dans le siège secret sont arrêtées pour être jugées[1].

La fin du conflit[modifier]

Ser Joffrey Arryn, lord Benjicot Nerbosc et lord Alyn Velaryon finissent par prendre le dessus sur leurs ennemis, qui ploient le genou et rendent hommage à leur nouveau seigneur suzerain. Informés des événements du siège secret, lord Alyn Velaryon retourne à Port-Réal en l'an 136, accompagné de lord Joffrey Arryn, lord Gunthor Royce, lord Quenton Corbray et Isembard Arryn[1].

Conséquences[modifier]

Le Val d'Arryn retrouve la paix et il semble que lord Joffrey Arryn ait perpétué la maison Arryn des Eyrié. Lors du Grand Conseil de 136, lord Alyn Velaryon avance le nom d'Isembard Arryn, le riche patriarche de la maison Arryn de Goëville, pour assister la nouvelle Main du Roi Torrhen Manderly dans la gestion financière du royaume[1].

Notes et références[modifier]

Notes[modifier]

  1. Cette nomination est très impopulaire, car si le Lysien Moredo Rogare jouit d'une bonne réputation de guerrier, il n'est pas originaire des Sept Couronnes, ce qui déplaît aux chevaliers placés sous son commandement. Qui plus est, Moredo Rogare n'a que des notions de langue commune, ce qui ne facilite pas la communication avec ses troupes (cf. Fire and Blood : Le Printemps lysien et la fin de la Régence).

Références[modifier]

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4, 1,5 et 1,6 Fire and Blood : Le Printemps lysien et la fin de la Régence.
  2. Fire and Blood : Les héritiers du Dragon – Une affaire de succession.
  3. Fire and Blood : La Mort des Dragons – Fils pour fils.