Maison Peake

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher
Maison Peake
Trois châteaux noirs sur champ orange sombre

Trois châteaux noirs sur champ orange sombre
Informations
V.O. House Peake
Demeure Stellepique
Rang maison noble
Vassale de maison Tyrell

La maison Peake est une maison noble du Bief qui réside à Stellepique. Maison ancienne et fière, elle n'a cessé de décliner depuis la Conquête des Targaryen : si elle possédait autrefois trois châteaux et de vastes domaines bien peuplés, elle s'est apauvrie au fil des siècles, s'est éloignée des maisons les plus puissantes du Bief et a perdu énormément de son patrimoine ancestral[1].

Le blason de la maison représente les trois forteresses que les Peake ont possédé pendant plusieurs siècles : Petrebourg, Stellepique et Boisblanc. Cependant, suite à leur participation à la première rébellion Feunoyr, ils ont été dépouillés de deux d'entre elles, ne conservant que Stellepique[2].

Histoire[modifier]

Les temps anciens[modifier]

Selon la légende, la maison Peake aurait été fondée par l'une des enfants de Florys la Renarde, fille de Garth Mainverte[3]. Les Peake font remonter leur généalogie aux Premiers Hommes et à l'Âge des Héros, comptant nombres de personnages légendaires parmi leurs ancêtres, tels ser Urrathon Fend-l'Écu, lord Meryn le Scribe, lady Yrma au Bol doré, ser Barquen l'Assiégeant, lord Eddison l'Aîné, lord Eddison le Jeune, lord Emerick le Vengeur[1]. A l'époque où le Bief n'est pas encore unifié, la maison Peake est régulièrement en guerre contre les roitelets voisins de la maison Manderly. Gwayne III Jardinier parvient à les convaincre d'accepter son arbitrage et de lui prêter allégeance sans livrer une seule bataille, rattachant leurs terres à son propre royaume du Bief. Toutefois, la rivalité ancestrale des deux maisons ne s’éteint pas[4].

Au cours du long règne de la maison Jardinier sur le royaume du Bief, les Peake servent souvent de conseillers aux rois du Bief. Faisant parti de leurs plus puissants vassaux, ils tissent des liens matrimoniaux étroits avec la famille royale et les autres nobles du Bief, notamment les maisons Redwyne, Rowan, Costayne, du Rouvre, Osgris, Florent et Hightower[1].

Des années après l'arrivée des Andals, au cours du règne catastrophique de Garth X Jardinier, lord Peake et lord Manderly épousent chacun une des filles du roi. Les deux seigneurs intriguent pour que leurs femmes respectives succèdent au roi. L'époque est ponctuée par des complots, des trahisons, des assassinats qui fragilisent le royaume, les autres nobles rejoignant l'un ou l'autre camp. Les rois de l'Orage, du Roc et de Dorne saisissent l'occasion pour attaquer le Bief et piller Hautjardin. Pendant dix ans, le royaume sombre dans l'anarchie, jusqu'à ce que le Surintendant de Hautjardin, ser Osmund Tyrell, ne fédère une quarantaine de maisons nobles pour défaire les deux camps et pour rétablir l'ordre[4].

Environ six cents ans avant la Conquête, la maison Manderly devient trop puissante et arrogante. Lord Lorimar Peake les chasse du royaume du Bief. Le roi du Bief Perceon III Jardinier remercie lord Lorimar en lui offrant l'ancien siège des Manderly, Petrebourg, et les terres attenantes. La fille de lord Lorimar épouse le fils du roi Perceon, Gwayne Jardinier, et devint la septième Reine de Tout le Bief, originaire de la maison Peake[1].

La Conquête et le déclin[modifier]

Au cours de la Conquête des Sept Couronnes par les Targaryen, lord Armen Peake répond à la convocation de son roi, Mern IX Jardinier. Il participe et périt avec ses fils à la bataille du Champ de Feu[1]. Une fois la Conquête finalisée, Aegon désigne lord Harlan Tyrell comme nouveau seigneur suzerain du Bief. Les Peake et d'autres maisons nobles protestent, car les Tyrell n'étaient jusqu'alors que des intendants. Ils font valoir en vain que leurs propres lignées sont plus anciennes, plus prestigieuses et plus proches par le sang des anciens rois Jardinier[5]. Très vite, la maison Peake commence à décliner, les Tyrell n'ayant aucun lien de sang avec eux et aucune raison de les favoriser. Les Peake gardent leurs possessions, mais ils s’appauvrissent et ne parviennent plus à contracter de prestigieux mariages avec les grandes maisons du Bief, ce qui les affaiblit politiquement[1].

En l'an 43, les Peake soutiennent le roi des Sept Couronnes Maegor Ier Targaryen, contre son neveu Aegon le Sans-Couronne, qui l'accuse d'avoir usurpé le Trône de Fer. Lord Peake joint ses forces à celles des Merryweather et des Caswell. Ensemble, ils participent à la bataille sous l'Œildieu, qui voit la victoire de Maegor. L'année suivante, alors que le royaume est plongé dans la guerre de la Foi, l'héritier de lord Peake est assassiné, supposément par des Fils du Guerrier devenus hors-la-loi[6].

En l'an 55, la reine des Sept Couronnes Alysanne Targaryen conclue un mariage entre sa dame de compagnie, l'Avisée Prunella Celtigar, et le seigneur de la maison Peake, Uther Peake, qui est considéré comme un excellent parti pour la Prunella[7].

Au cours du Grand Conseil de 101, le seigneur de la maison Peake soutient les prétentions au Trône de Fer du futur Viserys Ier Targaryen contre le fils de la princesse Rhaenys Targaryen, Laenor Velaryon[1].

la Danse des Dragons et la régence d'Aegon III[modifier]

Au cours de la Danse des Dragons, lord Unwin Peake soutient le parti du roi Aegon II Targaryen contre celui de la prétendante Rhaenyra Targaryen. Il rejoint l'ost de lord Ormund Hightower de Villevieille avec une centaine de chevaliers et neuf cents hommes d'armes. A la mort de lord Ormund lord de la première bataille de Chutebourg, lord Peake se querelle avec d'autres nobles pour savoir qui doit lui succéder à la tête de l'ost, ce qui les immobilise à Chutebourg[8]. À l'issue de la seconde bataille de Chutebourg, étant le dernier noble d'importance de l'armée, il en prend le contrôle effectif, mais n'ayant plus ni dragon, ni assez d'hommes pour jouer encore un rôle dans la guerre, il donne l'ordre de la retraite[9].

A la fin de la guerre, s'ouvre la régence d'Aegon III Targaryen. Le premier conseil de régence se constitue en l'an 131, sans lord Unwin Peake, qui ne l'intègre qu'en l'an 132, à la mort de Corlys Velaryon[10]. En l'an 133, à la mort de ser Tyland Lannister, lord Unwin Peake devient Main du Roi et Protecteur du Royaume. Energique et bon politicien, il offre à ses amis et ses alliés des postes et des titres. Il concentre énormément de pouvoir et donne trop ouvertement le sentiment d'intriguer pour ses propres intérêts. La même année, il tente de marier sa fille Myrielle au jeune roi, sans consulter les autres régents ou les principaux vassaux du royaume, ce qui lui vaut des messages de défiance, l'obligeant à renoncer à ses projets. En l'an 134, se querellant de nouveau avec les autres régents, il finit par démissionner de ses fonctions et retourne dans ses terres[1].

Plusieurs de ses amis et alliés étant impliqué dans les événements du siège secret du Donjon Rouge de l'an 135, lord Unwin Peake est soupçonné d'avoir joué un rôle dans cette affaire[N 1]. Il répond néanmoins à l'appel de son roi, se rendant à Port-Réal pour le défendre et assister au Grand Conseil de 136 accompagné d'un millier d'hommes et de cinq cents mercenaires. Si certains nobles du Bief souhaiteraient qu'il redevienne Main du Roi, sa candidature est rejetée. Pour l'apaiser, lui et ses partisans, son oncle Gedmund Peake conserve son titre de maître des navires[11].

les rébellions Feunoyr[modifier]

Au cours de la première rébellion Feunoyr, lord Gormon Peake prend le parti du prétendant Daemon Feunoyr. Après la bataille du champ d'Herberouge, il est pardonné pour sa trahison par le roi Daeron II Targaryen, mais sa maison perd cependant deux de ses trois forteresses ancestrales, ne gardant que Stellepique[2]. Amer, lord Gormon est l'un des principaux organisateurs de la deuxième rébellion Feunoyr. Pour cette seconde trahison, il est exécuté[12].

En l'an 233, les Peake se rebellent contre le roi des Sept Couronnes Maekar Ier Targaryen, lors du soulèvement de Peake qui entraîne de nombreuses morts importantes notamment celles du roi[13].

Généalogie[modifier]

Membres au début de la saga[modifier]

Anciens membres[modifier]

Notes et références[modifier]

Notes[modifier]

  1. Dans son Témoignage, le bouffon Champignon l'accuse d'être le « joueur de l'ombre », le véritable commanditaire de toute l'affaire (cf. Fire and Blood : Le Printemps lysien et la fin de la Régence).

Références[modifier]

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4, 1,5, 1,6 et 1,7 Fire and Blood : Sous les régents – La guerre, la paix et les foires au bétail.
  2. 2,0 et 2,1 L'Épée Lige.
  3. Les origines de la saga, Garth Mainverte.
  4. 4,0 et 4,1 Les origines de la saga, Les rois Jardinier.
  5. Les origines de la saga, La maison Tyrell.
  6. Fire and Blood : Les fils du Dragon.
  7. Fire and Blood : Jaehaerys et Alysanne. Leurs triomphes et leurs tragédies.
  8. Fire and Blood : La Mort des Dragons – Le triomphe de Rhaenyra.
  9. Fire and Blood : La Mort des Dragons – La chute de Rhaenyra.
  10. Fire and Blood : Sous les régents – La Main encagoulée.
  11. Fire and Blood : Le Printemps lysien et la fin de la Régence.
  12. L'Œuf de Dragon.
  13. Les origines de la saga, La maison Lannister sous les Dragons.